Wade à l’Elysée le 09, Macky au Sénat français le 10 : Quand l’hérésie protocolaire en rajoute à un climat délétère

Publié le par guissguiss

Wade à l’Elysée le 09, Macky au Sénat français le 10 : Quand l’hérésie protocolaire en rajoute à un climat délétère

La capitale de l’Hexagone pourrait bien servir de «ring» entre le Président Abdoulaye Wade et Macky Sall. Et pour cause, le numéro un Sénégalais est attendu à l’Elysée le 09 septembre prochain alors que le président de l’Assemblée nationale devrait être reçu le lendemain par le Sénat français. Un agenda diplomatique «chargé» et potentiellement source de télescopage entre les deux camps qui fourbissent déjà leurs armes : histoire de mieux tirer profit de l’onction internationale du pays de Sarkozy.

«Macky Sall est rentré de Denver, hier, vers 4h du matin. Il n’a pas beaucoup de temps, car il prépare déjà sa visite au Sénat français, prévue le 10 septembre prochain». Ces confidences sont de Moustapha Kane, chef de cabinet du président de l’Assemblée nationale. A l’en croire, son mentor se verra bel et bien dérouler le tapis rouge par la première institution parlementaire française. «Et cela, malgré les dénégations du ministre de l’Information Aziz Sow», ajoute-t-il. Du côté de la présidence de la République, on confirme la visite de Wade, le 09 septembre, à l’Elysée. Et sans entrer dans les détails, on minimise «la portée de la visite de Macky qui sera reçu par un simple Sénateur et non par le président du Sénat français». Des ultras du camp présidentiel n’en mettent pas moins en garde «les autres» contre toute tentative de manipulation dans cette affaire.

«Hérésie protocolaire»

Ce langage modéré tranche nettement d’avec le discours de certains éléments de la «Génération du concret» dont le leader a été dernièrement reçu par Sarkozy. Parlant «d’hérésie protocolaire», ils ne voient pas «pourquoi Macky devrait être reçu en lieu et place de Pape Diop qui se trouve être le président du Sénat». Mais, du côté des proches du maire de Dakar, on préfère relativiser cette affaire. Le directeur de cabinet de Pape Diop, Seydina Oumar Touré, estime qu’il s’agit là d’un non-évènement. «On prend acte, on n’a aucun commentaire à faire. C’est le cadet de nos soucis», affirme-t-il.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article