Des députés sénégalais s’en prennent au gouvernement italien

Des députés sénégalais s’en prennent au gouvernement italien
SILVIO BERLOSCONI Le Réseau des jeunes parlementaires du Sénégal a tenu ce vendredi 22 mai à l’Assemblée nationale un point de presse pour dénoncer la nouvelle loi italienne sur l’émigration. Les députés ont également invité le gouvernement de Souleymane Ndéné Ndiaye à prendre à bras le corps la question de l’emploi des jeunes.

Dans sa volonté de mieux lutter contre l’émigration clandestine, l’Italie a voté une loi rendant délictuel ce phénomène. Autrement dit, si les immigrés eux, sont frappés d’une sanction pécuniaire, ceux qui les hébergent encourent des peines de prison ferme.

Et pour Tafsir Thioye, le coordonnateur du Réseau des jeunes parlementaires du Sénégal, « cette loi est une entrave à la dignité humaine et s’inscrit dans la volonté des européens de déstabiliser le tissu socio-économique des pays africains qui comptent fondamentalement sur les émigrés. Nous dénonçons jusqu’à la dernière énergie cette loi xénophobe, exclusive et inacceptable », dit-il en signe de désapprobation.

Le jeune député et ses collègues ne se limitent pas à dénoncer cette loi, ils ont demandé au Sénat italien « de ne pas suivre l’Assemblée nationale italienne » et aux gouvernements européens de se mobiliser contre cette loi qui risque de ternir l’image des Européens ».

Estimant que « cette loi constitue une violation flagrante du pacte de solidarité afro européenne sur la gestion concertée du co-développement et de l’émigration », les jeunes parlementaires sénégalais ont promis de mener une série d’actions à leur niveau.

Ils ont par ailleurs invité le Gouvernement à poser le débat au niveau africain pour « la tenue expresse d’un sommet extraordinaire Union européenne (UE)-Union africaine (UA) ». Ceci soutient M. Thioye, « dans le but de barrer la route aux xénophobes ».

Revenant sur la situation nationale, les parlementaires exigent de Souleymane Ndéné Ndiaye et son gouvernement de prendre à bras le corps la question de l’emploi des jeunes, et d’œuvrer pour faire baisser les prix des denrées de premières nécessités. Ces questions dira Tafsir Thioye, « demeurent au cœur des préoccupations des populations dans ce contexte de crise ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :