Me Wade pour un gouvernement africain face à la crise

Publié le par guissguiss

Les 44emes Assemblées annuelles des gouverneurs de la Banque africaine de développement ont été officiellement ouvertes ce mercredi par Me Abdoulaye Wade. Au cours de cette cérémonie, le chef de l’Etat sénégalais a appelé à la mise en place d’un gouvernement africain pour trouver une solution africaine à la crise économique et financière qui secoue le monde depuis bientôt un an.

Selon le chef de l’Etat sénégalais, la crise financière mondiale est une maladie de riches qui a des effets sur les pauvres d’oû pour lui la nécessité d’un gouvernement africain pour faire face à la crise : « l’Afrique peut s’en sortir avec beaucoup de volonté et d’imagination. L’union fait la force et l’Afrique n’a rien à perdre en s’unissant. Tant que nous serons séparés, nous ne ferons rien. Pour faire face à la crise, nous avons besoin des instances de la Banque Mondiale et du FMI. Je suis contre l’idée de certains dirigeants visant à créer un FMI africain, ou un FMI asiatique ou autres ». Tout en réfutant la politique exclusive de la main tendue, Me Wade pense que « les possibilités de trouver des financements existent". Pour lui, "il ne s’agit pas seulement de dire à la Banque mondiale ou au FMI de nous donner de l’argent. Il faut exploiter les possibilités qu’offre l’ingénierie financière pour construire des infrastructures en Afrique. Il faut que nous utilisions toutes les méthodes de montage financier, c’est cela qui nous rendra toujours plus libres ».

Abordant les difficultés liées à la promotion des produits agricoles africains sur le marché international, il exhorte les pays développés à "l’aisser nous africains réagir spontanément pour protéger nos agricultures".

"Nous ne sommes pas libres de nous protéger, car la Banque mondiale et le FMI nous l’interdisent.Comment pouvez-vous concurrencer des produits subventionnés. On laisse les pays développés faire ce qu’ils veulent, mais si au moins on nous permettait de protéger nos produits agricoles", se désole le président sénégalais.

En sa qualité de président du Conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement, le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances du Sénégal, Abdoulaye Diop a fait une allocution axée sur cette structure financière dédiée à l’Afrique.

« Depuis sa création, la Banque Africaine de Développement a joué un rôle important dans le financement des besoins des Africains. Avec la crise économique, 50 millions de femmes et d’enfants africains risquent de tomber dans la pauvreté extrême », constate M. Diop. Et le ministre sénégalais d’ajouter qu’« il faut positionner l’Afrique sur un chantier durable de croissance et que les mesures et engagements envers les pays pauvres soient respectés »

En plus du président sénégalais Abdoulaye Wade, Blaise Compaoré, le chef de l’Etat Burkina, Jean Ping, le président de la Commission de l’Union africaine Donald Kabéruka, le président de la Bad et les représentants des pays membres de la Banque africaine de développement assistent aux 44èmes Assemblées Annuelles de la Banque africaine de développement (BAD).

Une dizaine de séminaires et de tables-rondes de haut niveau, consacrés aux répercussions de la crise économique et financière sur l’Afrique, ont précédé l’ouverture de ces assemblées qui se tiennent du 13 14 mai à l’hôtel Méridien président de Dakar .

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article