GRIPPE PORCINE: L’OMS releve de 5 son niveau d’alerte

Publié le par Issa Sembène /guissguiss

Sur fond de multiplication des cas de grippe porcine dans le monde, dont le premier mortel aux Etats-Unis, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti mercredi que l’épidémie se rapprochait du niveau d’alerte 5, sur une échelle de six, ce dernier échelon correspondant à une pandémie.

L’épidémie a déjà fait jusqu’à 159 morts au Mexique, dont sept décès confirmés, sur plus de 2.400 cas suspects. Hier mercredi, l’Allemagne et l’Autriche ont confirmé à leur tour des cas sur leur territoire, portant à quatre le nombre de pays européens dans cette situation, avec la Grande-Bretagne et l’Espagne. Ce dernier pays a annoncé que la grippe porcine avait été confirmée pour la première fois chez une personne n’étant pas passée par le Mexique mais ayant été en contact avec quelqu’un qui en revenait.

A Genève, le responsable de la grippe au sein de l’OMS, Keiji Fukuda, a déclaré aux journalistes que l’éventualité pour l’organisation d’élever son niveau d’alerte en phase 5 se rapprochait. L’OMS a convoqué hier mercredi une nouvelle réunion d’urgence sur le sujet.

La phase 5 indique que la maladie se transmet à rythme soutenu d’homme à homme, dans au moins deux pays. Elle pourrait aussi donner lieu à de nouvelles recommandations de l’OMS aux laboratoire pharmaceutiques, pour leur demander de mettre entre parenthèses la production de vaccins antigrippaux pour l’hiver prochain et de se concentrer sur un vaccin contre la nouvelle grippe porcine.

Pour l’instant, l’OMS a placé son niveau d’alerte en phase 4 depuis lundi. La phase 6, la plus élevée, correspondrait à une pandémie de grande échelle. Aux Etats-Unis, la grippe porcine a tué un bébé mexicain de 23 mois au Texas. L’enfant a voyagé depuis le Mexique avec sa famille, qui s’est rendue à Brownsville, dans le sud du Texas, où il est décédé lundi, a précisé mercredi Kathy Barton, porte-parole des services de santé texans à Houston. L’évolution de l’épidémie a fait dire au président américain Barack Obama qu’il faudrait envisager de fermer des établissements scolaires aux Etats-Unis si la situation devait s’aggraver dans le pays.

Jusque-là, seul le Mexique avait fait état de cas mortels confirmés, révisant d’ailleurs ce chiffre à la baisse, avec sept cas confirmés sur 159 décès suspects. Au total, 91 cas de nouvelle grippe porcine ont été confirmés aux Etats-Unis, 13 aux Canada, 14 en Nouvelle-Zélande, dix en Espagne, cinq en Grande-Bretagne, trois en Allemagne, deux en Israël, et un en Autriche. En France, 32 cas suspects étaient « en cours d’investigation » hier mercredi après-midi, a annoncé Françoise Weber, directrice de l’Institut de veille sanitaire (InVS). Par ailleurs, aucun des deux cas probables d’infection par le virus H1N1 d’origine porcine signalés mardi soir n’a pour l’heure été confirmé.

La France compte demander à l’Union européenne la suspension des vols aller vers le Mexique en raison de cette crise sanitaire, lors d’un conseil exceptionnel des ministres européens des Transports ce jeudi matin, selon la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. L’élaboration de recommandations communes aux 27 pays de l’UE va aussi être au coeur de la réunion d’urgence des ministres européens de la Santé, jeudi à Luxembourg. De son côté, la Suisse comptait mercredi 25 cas suspects de grippe porcine et aucun cas avéré.

Aucun cas de grippe porcine n’a été signalé en Afrique à ce jour. En Asie, la Corée du Sud attendait hier les résultats définitifs d’un cas considéré comme « probable ».

…L’Egypte commence à abattre tous ses porcs

L’Egypte a commencé hier mercredi à abattre les 300.000 à 350.000 porcs du pays pour éviter une éventuelle épidémie de la nouvelle grippe porcine, bien qu’aucun cas n’ait été confirmé dans ce pays. Des éleveurs furieux ont bloqué des rues et jeté des pierres sur les véhicules des services vétérinaires venus tuer les animaux.

Des experts internationaux de la grippe jugent l’abattage massif des porcs totalement inutile, mais Le Caire craint un mouvement de panique similaire à celui de la grippe aviaire il y a quelques années. Le pays avait abattu des dizaines de millions de poulets mais la grippe aviaire, qui est endémique dans le pays, y avait fait au moins 23 morts. La grippe aviaire avait d’abord ravagé les élevages de volaille d’Asie en 2003 pour ensuite se transmettre à l’homme, faisant plus de 250 morts de par le monde.

Dans un grand élevage situé au nord du Caire, de nombreux éleveurs ont barré la rue pour empêcher les camions et bulldozers du ministères de la Santé de venir abattre les animaux. Certains des manifestants ont lancé des pierres, faisant exploser des pare-brise et obligeant les fonctionnaires à repartir sans avoir tué un seul porc.

« Si maintenant on nous prend nos porcs sans compensation, comment sommes-nous censés vivre ? », s’est indigné ailleurs dans la capitale Gergis Faris, éleveur de 46 ans, qui ramassait des ordures pour nourrir ses bêtes. Quelque 250 porcs ont en revanche été battus et enterrés dans une banlieue nord du Caire hier mercredi, et les autorités régionales ont versé un millier de livres égyptiennes (environ 180 dollars) par bête aux éleveurs. Le ministre de l’Agriculture Amin Abaza a répondu aux demandes de compensation que les éleveurs seraient autorisés à vendre la viande de porcs pour se renflouer.

Considéré comme impur, le porc est totalement interdit dans certains pays musulmans comme l’Arabie saoudite, le Barheïn, le Koweït, le Qatar, les Emirats arabes unis et la Libye. Dans de nombreux pays musulmans, des minorités religieuses élèvent des porcs. Un site Web islamiste voulait voir mercredi dans la grippe porcine une punition visant les « infidèles ». En Egypte, la plupart des porcs sont élevés par des chrétiens, qui représentent selon certaines estimations 10% de la population.

…les Tunisiens interdits de Mexique

Les ressortissants tunisiens sont invités à éviter de voyager au Mexique « jusqu’à nouvel ordre » à la suite de la propagation du virus de la grippe porcine qui a fait plus de 150 morts dans ce pays, a-t-on appris hier mercredi de source officielle.

Dans un communiqué, le ministère tunisien de la santé publique assure qu’« aucun cas de contamination n’a été enregistré en Tunisie » et fait état de l’activation d’un « comité de veille et de vigilance » pour suivre l’évolution de la situation épidémiologique.

Selon le directeur général de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, Mohamed El Kouni Chahed, des mesures préventives ont été déjà prises, dont « en particulier le renforcement du contrôle et de la vigilance au niveau des points de transit » frontaliers.

Le Gabon interdit les importations de porc

Le Gabon a suspendu toutes les importations de produits à base de porc hier en raison du risque de grippe porcine, a annoncé le ministre de l’Agriculture, alors que selon les experts le virus est détruit à la cuisson. Le ministre Paul Biyoghe Mba a souligné que la mesure était préventive et reconnu que la consommation de produits porcins ne représentait « actuellement aucun risque » de contracter la grippe porcine.

…Les chercheurs espèrent un vaccin d’ici mi-mai

Les chercheurs américains espèrent parvenir à isoler le principe actif d’un futur vaccin contre la grippe porcine dès la mi-mai. Mais même si les recherches avancent, cela prendra plusieurs mois avant que les premières injections puissent commencer à être testées sur des volontaires. « Nous travaillons ensemble à 100 à l’heure pour trouver une substance qui sera utile », a assuré à l’Associated Press le Dr Jesse Goodman, qui supervise les recherches sur la grippe porcine au sein de l’autorité sanitaire américaine, la Food and Drug Administration. Les scientifiques utilisent des échantillons du nouveau virus de la grippe, prélevés sur des personnes malades au Mexique ou aux Etats-Unis.

« Nous sommes environ à un tiers du chemin » pour trouver le principe actif d’un futur vaccin, affirme le Dr Ruben Donis, des Centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC). L’objectif est de réussir à isoler ce principe actif d’ici la deuxième semaine de mai, a-t-il précisé.

Pour accélérer les recherches, les CDC ont aussi envoyé un échantillon du nouveau virus à un laboratoire pharmaceutique, MedImmune, qui vend le seul vaccin contre la grippe administré par la voie nasale, grâce à un spray. MedImmune utilise une approche légèrement différente, souligne le Dr Donis.

Les médicaments antigrippaux standards sont efficaces contre le nouveau virus. Mais un vaccin permettrait de limiter le développement de cette souche et d’éviter une éventuelle pandémie. A l’heure actuelle, les fabricants commencent tout juste à produire les vaccins destinés à combattre la grippe traditionnelle, pour l’hiver prochain. Lundi, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) leur a demandé de poursuivre ce travail, sans les appeler à se lancer dans la course aux vaccins contre la grippe porcine dans l’immédiat.

Car pour réussir à produire un vaccin, les chercheurs doivent d’abord parvenir à multiplier les agents infectieux en très grand nombre. Traditionnellement, ce processus se déroule via une culture dans des oeufs de poules embryonnés. Mais le virus de la grippe porcine se développe trop lentement avec cette technique, utilisée par la grande majorité des laboratoires pharmaceutiques. « Il y a un peu d’inquiétude à ce sujet », souligne le Dr Donis. Une grande part du travail des chercheurs porte donc sur ce processus. Ensuite, les scientifiques devront sélectionner les souches portant les antigènes H et N, correspondants au virus de la grippe porcine, pour générer le principe actif et observer si le résultat génère une bonne réponse immunitaire.

C’est à cette condition seulement que les fabricants de vaccins pourront démarrer leur propre production, qui pourrait prendre encore deux mois. « Cela vaut la peine de prendre ce temps au tout début pour vraiment s’assurer d’obtenir exactement le résultat souhaité », explique une responsable de MedImmune, le Dr Kathleen Coelingh.

Publié dans Monde

Commenter cet article