SENEGAL: GREVE DES MEDECINS

Publié le par guissguiss

Le service paralysé dans les hôpitaux
Le service est paralysé dans la plupart des hôpitaux du Sénégal. Les médecins observent une grève, ce lundi 9 février. C’est le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) qui est à l’origine du mot d’ordre de grève. Les médecins du Sénégal entendent ainsi apporter leur soutien à leurs homologues de l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse de Kaolack qui protestent contre l’affectation d’un des leurs, gynécologue.

Les médecins du Sénégal qui sont entrés en grève ce lundi, protestent contre l’affectation du gynécologue en service à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse. Les travailleurs de cet hôpital qui ne veulent entendre parler de l’affectation du gynécologue, avaient été les premiers à observer un mouvement de grève. Ce lundi, ils ont reçu le soutien du Sames qui a lancé un mot d’ordre à tous ses militants pour qu’ils observent la grève. Pour les grévistes, leur camarade affecté, est le seul gynécologue de l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse. Son départ va donc être un handicap pour la structure sanitaire.

Le secrétaire général adjoint du Sames, M. Abdoulaye Bousso qui s’est exprimé ce lundi, sur les ondes de Walf Fm déclare que la mesure d’affectation du gynécologue en service à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse est « illégale ». M. Abdoulaye Bousso soutient qu’après leurs recherches au niveau du ministère de la Santé, les membres du Sames ont découvert que leur collègue de Kaolack était placé sur une liste d’affectation qui ne concerne que les nouveaux gynécologues devant être déployés.

A l’hôpital général de Grand-Yoff où le mot d’ordre de grève a été largement suivi, les reporters de Walf Fm ont trouvé sur place, des médecins arborant des foulards rouges. Ces derniers qui observent le mot d’ordre de grève ne se sont penchés que sur les malades dont les cas sont déclarés urgents. Il en est ainsi dans la plupart des hôpitaux du Sénégal.

- Par Mayaram -

Publié dans Société

Commenter cet article