Modification du code électoral : La Coalition “ And Siggil Sénégal ” désapprouve

Publié le par guissguiss

Modification du code électoral : La Coalition “ And Siggil Sénégal ” désapprouve
Le Comité électoral de la Coalition « And siggil Sénégal » désapprouve le dépôt à l’Assemblée nationale par le gouvernement d’un projet de loi modifiant certains articles du code électoral. Ces changements « visent à fausser les règles du jeu » lors des prochaines élections locales, selon l’instance de l’opposition chargée de coordonner les opérations électorales.

Pour la coalition « And Siggil Sénégal », en déposant le 30 décembre 2008, un projet de loi modifiant les articles L 189, L 190, L 193, L 225, L 226, L 239 L 242, L 244, et L 245 du Code électoral, relatifs à la composition et au mode d’élection des conseillers régionaux, municipaux et ruraux, le gouvernement du Sénégal décide de modifier les règles du jeu à la veille du jeu et de rompre ainsi le consensus qui résulte des larges concertations de 2005. Or, avertit le comité électoral national mis en place par la « Coalition And Siggil Sénégal » composée notamment des chargés des élections des formations politiques dans son communiqué N°1, « dans toute démocratie, la régularité et le déroulement sérieux des élections sont les premiers facteurs d’ordre, de paix civile et de stabilité ». Il ajoute « toute atteinte aux caractères que voilà des scrutins, surtout par ruse pour favoriser un camp par peur du verdict populaire, est une forfaiture grosse de dangers pour tous ».
Le Comité électoral soutient que les motifs invoqués pour justifier une telle révision ne tiennent pas la route. « En effet, la nature de ces élections voudrait que l’on se retrouve avec des collectivités locales les plus représentatives qui soient à même de permettre aux minorités de participer à la gestion de la cité », explique-t-il dans la note.
Il soutient que ces changements violent les dispositions du Protocole additionnel de la Cedeao sur la bonne gouvernance, signé le 20 décembre 2001 à Dakar. Cette disposition indique qu’aucune modification de la Constitution et des lois électorales ne devrait intervenir dans les six mois précédents les élections, sans un large consensus entre tous les acteurs impliqués dans la compétition électorale.
Le Comité électoral de la Coalition And Siggil Sénégal estime que « le sens élevé des intérêts du Sénégal ne laisse aucun autre choix aux responsables de l’opposition que de se lancer résolument dans l’offensive contre le régime libéral, « pour l’amélioration des conditions de vie des populations, le déroulement correct des opérations électorales et une large victoire dans toutes les collectivités locales lors des élections locales du 22 mars 2009 ». Pour eux, ce ne sont pas les problèmes qui manquent, mais ceux-ci appellent à l’évidence, « un examen concerté et un consensus si on veut sortir le Sénégal de la gestion libérale ».

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article