Macky Sall et Moustapha Niasse scellent le pacte d’une alliance

Publié le par guissguiss

Macky Sall, ancien directeur de campagne de Wade, sonne l'alerte : Méfiez-vous du fichier
Le leader de l’Alliance pour la République (Apr)/Yaakaar, Macky Sall, a été reçu, hier, par Moustapha Niasse, le chef de file de l’Alliance des forces de progrès (Afp). Au sortir de l’audience, Moustapha Niasse a accepté de travailler avec Macky Sall, en vue des prochaines élections locales.
Macky Sall et Moustapha Niasse scellent le pacte d’une alliance en vue des prochaines élections locales. Le patron de l’Alliance pour la République (Apr) /Yaakaar, accompagné de ses plus fidèles collaborateurs dont Mbaye Ndiaye, a été accueilli, hier, en grande pompe par le secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp), Moustapha Niasse. A l’issue de trois heures de discussions, les deux partis ont présenté à la presse leur décision «de se tenir la main et d’apporter ainsi leur contribution au vaste mouvement des forces de l’opposition». Ils considèrent que les enjeux des élections municipales et rurales dépassent largement la recherche du contrôle des collectivités locales, car, la recomposition politique qui en découlera pèsera lourdement sur les batailles électorales à venir. Même s’il est prématuré de parler d’une coalition formelle, Niasse et Macky ont décidé d’instaurer des mécanismes et des procédures «d’une coopération fonctionnelle» qui cadre avec les aspirations des autres partis de l’opposition en vue des consultations locales à travers des formules et des projets «présentement en discussion».
Le responsable de l’Apr/Yaakaar compte poursuivre la dynamique de concertation avec d’autres formations politiques, membres de la coalition And Siggil Sénégal à laquelle l’Afp appartient. L’objectif de Macky Sall est de mobiliser et de capitaliser tout le potentiel électoral dans sa diversité pour aider le Sénégal à sortir de la crise multiforme dont l’unique coupable, selon lui, est le régime libéral.
Moustapha Niasse et son hôte ont par la suite dénoncé, dans un communiqué final, l’effondrement de l’Etat et des institutions de la République, la patrimonialisation des biens de la Nation et un recul démocratique permanent, la violation systématique des normes les plus élémentaires d’une bonne gouvernance.
Les deux parties sont donc convaincues que seule l’union des forces avec des options politiques claires et efficaces peut freiner la machine libérale au cours des échéances électorales futures.

Publié dans Politique

Commenter cet article