ÉMEUTES DE KÉDOUGOU : Le médecin légiste confirme

Publié le par guissguiss

ÉMEUTES DE KÉDOUGOU : Le médecin légiste confirme la mort par balle après l’autopsie
Trois jours après la mort du jeune Mamadou Sinna Sidibé suite aux événements sanglants qui ont opposé les forces de l’ordre à la jeunesse de Kédougou mardi dernier, il a été finalement enterré ce jeudi aux environs de 10h. Les résultats de l’autopsie effectuée par le médecin légiste Mendés de l’hôpital le Dantec ont finalement confirmé qu’il a été bel et bien touché par une balle à la tête.

«Le médecin légiste et son équipe sont arrivés hier en fin de matinée et ils ont travaillé toute la soirée. Avant de partir, ils ont déposé le certificat de décès où ils ont marqué bien en vue que la mort est causée par balle et cela confirme une fois encore ce que nous avions dit dès le départ ». Ces propos émanent de El Hadji Bocar Sidibé, ancien député-maire de Kédougou et par ailleurs père de la victime. La vérité a finalement éclaté contrairement au communiqué du ministre de l’information, porte-parole du gouvernement qui avait déclaré mardi dernier que le jeune Mamadou Sinna Sidibé a trouvé la mort par piétinement.
Toujours dans sa déclaration, l’ancien député-maire s’est prononcé sur une éventuelle plainte de la famille contre les tueurs. A ce propos, il lancera que « la famille attend de se concerter pour se prononcer sur la question ». Kédougou était à feu et à sang le mardi 23 décembre 2008. Les jeunes de la nouvelle région de Kédougou sont descendus dans les rues pour marcher en vue de protester contre le manque d’emploi dans les compagnies minières, la discrimination, la spoliation des terres, la non-considération des autorités étatiques face à leurs véritables préoccupations. Au cours de cette manifestation, il s’en est suivi de violents heurts entre les jeunes et les forces de l’ordre qui ont entraîné la mort d’un jeune et de grands dégâts matériels. La quasi-totalité des édifices publics ont été incendiés.
Trois jours après, la population a finalement enterré son « martyr » ce jeudi aux environs de 10 heures. C’est l’émoi et la consternation qui se lisaient sur tous les visages. Hommes, femmes, jeunes enfants, notabilités religieuses et coutumières, ont très tôt pris d’assaut le domicile de la famille du défunt située au quartier Dandé Mayo dans la ville de Kédougou. « C’est toute la population de Kédougou qui est endeuillée par la mort de ce jeune et par la même occasion, nous présentons nos condoléances les plus sincères et prions Dieu de l’accueillir dans son paradis », dira Mamadou Alpha Bâ, président des imams de la localité. 

Publié dans Société

Commenter cet article