SENEGAL: KEDOUGOU Les forces de l’ordre à la recherche d’armes

Publié le par guissguiss

KEDOUGOU/ LES JEUNES TRAQUES, LA LISTE DES BLESSES S’ALLONGE -
Les forces de l’ordre à la recherche d’armes

 

La situation est toujours tendue à Kédougou.Depuis mardi dernier,on ne cesse de traquer des jeunes jusque dans leur domicile pour les arrêter. Car les forces de l’ordre disent avoir perdu une dizaine d’armes à feu appartenant à la brigade mobile de sûreté(Bms) dont trois retrouvées. Pour elles, il faut impérativement retrouver ces armes pour libérer les jeunes arrêtés et dont le bilan se chiffre, aux dernières nouvelles, à 21 personnes.Une délégation composée de dix imams et un chef de quartier devait à nouveau rencontrer le gouverneur Mamadou Diome.

Les choses vont de mal en pis dans la région de Kédougou.Après l’enterrement de Mamadou Sina Sidibé dont la mort par balle a été confirmée par l’autopsie que le médecin légiste Victorino Mendez de l’hôpital Aristide Le Dantec a faite,les jeunes sont plus décidés et remontés à jamais.

Car pour les marcheurs ce qui empire la situation c’est le fait que les militaires traquent et gardent plus d’une vingtaine de jeunes qui seraient dénoncés par un des leurs qui appartient au conseil communal de la jeunesse.Ce dernier serait même mis dans un lieu sûr car ses camarades veulent le bastonner .Quant aux blessés, ils auraient dépassé la vingtaine parce que certains parmi eux se soignent au district sanitaire de Kédougou,d’autres à Tambacounda.

Un seul jeune qui a été grièvement blessé a été évacué à Dakar, selon nos sources. Pour calmer les jeunes qui sont toujours sur la défensive,un comité de onze personnes composé de dix imams et un délégué de quartier va rencontrer le gouverneur (hier à 17h) pour qu’on libère les manifestants qui ont été appréhendés.

En réunion à la grande mosquée de la ville après l’enterrement de Mamadou Sina Sidibé,les marcheurs ont failli passer à tabac leur élu, Moustapha Guirassy. Ils l’accusent d’avoir attendu trois jours après les émeutes pour venir à Kédougou.Une chose qui a déplu et surpris plus d’un dans la cité collinaire de Kédougou. »Si foto tégué« (en malinké qui veut dire »on va te couper les c........)

Vous êtes un vaut rien. Vous voulez faire de la récupération politique, mais nous ne l’acceptons pas ». Le député Guirassy a été traité de tous les noms d’oiseau et il s’en est fallu de peu pour qu’on ne le tabasse dans la grande mosquée,lieu de culte qui l’a énormément sauvé.

Signalons qu’à cause de la tension, la messe de minuit n’a pas enregistré beaucoup d’adeptes.

Le gouverneur Mamadou Diome invité par la paroisse a assisté à la messe sous escorte. La prière s’est passée dans les règles de l’art, mais les gens n’osaient pas sortir la nuit pour faire la fête. Le groupement mobile d’intervention est venu en renforts aux gendarmes et militaires. Aux dernières nouvelles on apprend que Mme Wade et son fils auraient appelé l’ancien député maire socialiste Elhadji Bocar Sidibé pour lui présenter les condoléances.

Publié dans Société

Commenter cet article