SALOUM: Farba Senghor récolte une bordée d’insultes,

Publié le par guissguiss

AU SALOUM A LA RECHERCHE D’UNE GLOIRE PERDUE Farba Senghor récolte une bordée d’insultes, son chef de cabinet sérieusement tabassé
Nioro ne veut pas de Farba Senghor et a tenu à le manifester de manière fort musclée. Comme un seul homme, la population du Rip mobilisée derrière Pape Diatta Tambédou a chassé le tonitruant ex-ministre des Transports qui a, par la même occasion, essuyé une bordée d’insultes. Plus malchanceux, son compagnon de toujours, Assane Bâ, a, quant à lui, vécu le calvaire de sa vie entre les mains de jeunes qui l’ont sévèrement tabassé et ont déchiré ses habits. Ainsi, ce qui devait être une réunion de réconciliation des libéraux du Rip conformément au souhait du secrétaire général du Pds (si on en croit le ministre déchu) a été un fiasco total. Même El Hadji Malick Guèye qui a décaissé deux millions de francs Cfa pour amadouer Pape Diatta Tambédou n’a rien pu faire. Au finish, « Ngoutoute » est rentré comme il était venu.Cinglant désaveu. Terrible humiliation. Aucun substantif n’est de trop pour qualifier le sort réservé à Farba Senghor hier à Nioro du Rip. L’extravagant et le loufoque ex-ministre des Transports dont la dégringolade sans précédent se poursuit de plus belle a voulu se refaire une seconde virginité dans le bassin arachidier. Malheureusement, le Rip ne lui a pas réussi du tout. Pour dire le moins, le choix du Rip a été un flop total. Farba Senghor s’est, en effet, heurté à l’hostilité des populations avec à leur tête Pape Diatta Tambédou qui n’a pas mis de gants pour clouer au pilori « Ngoutoute » et le remettre à sa place. « Criminel, politique égaré, homme à la recherche d’une aura définitivement perdue », tout y est passé. C’était sous les acclamations d’une foule de jeunes décidés à lui faire sa fête. Le plus malchanceux dans l’affaire fut incontestablement Assane Bâ, son ancien chef de cabinet qui a passé un sale quart d’heure entre les mains des partisans de Diatta Tambédou. Pris au collet, Assane Bâ qui voulait prendre la défense de son acolyte au moment où celui-ci se faisait pilonner, a été copieusement tabassé et ses habits transformés en haillons après qu’il eut récolté une bordée d’insultes. Craignant le pire, Assane Bâ s’est démené du mieux qu’il pouvait afin de se libérer de l’étau et de se cloîtrer au fond de la salle. On ne l’entendra plus. Entre temps, Farba Senghor, qui dit être mandaté par le Président Wade pour installer une commission de réconciliation dans le département de Nioro en perspective des prochaines élections locales, a eu la surprise de sa vie. Devant l’insistance des responsables locaux qui exigeaient à ce qu’on leur montre un papier signé du chef de l’Etat pouvant attester la véracité de ses allégations, le natif de Nguélou cafouille. Il peine à placer le plus petit mot. Aussitôt, il essuie une énième humiliation. « Vous mentez, le Président n’a plus confiance en vous. Vous cherchez à lui faire plaisir pour retrouver sa confiance. Mais sachez qu’ici à Nioro, il n’y a aucune division. Au contraire, c’est au niveau de la direction du parti, avec Abdoulaye Faye et Masseck Ndiaye, qu’existe la division. Notre combat ici à Nioro, c’est de créer une alternance générationnelle, et bouter ces deux has been hors des sphères du Pds », lui assènent Pape Diatta Tambédou et ses amis.

Farba, le lion devenu agneau

Ceux qui connaissaient Farba Senghor à l’époque où il était tout puissant ministre de la République auront du mal à le reconnaître. Traversée du désert oblige, l’homme a opéré une véritable mue, devenant aussi doux qu’un agneau. Il est loin le temps où, tel un bulldozer, il démolissait tout sur son passage. Hier, face aux invectives de Pape Diatta Tambédou, Farba Senghor s’est fait tout petit obtempérant d’ailleurs par moments. Il a essayé de jouer aux sapeurs pompiers voulant, par tous les moyens, calmer la tension. Dans sa volonté d’apaisement, Farba Senghor est allé jusqu’à convoquer son « amitié » avec son pourfendeur du jour. Ce que l’intéressé a rapidement dégagé en touche, non sans lui rappeler : « Mes amis sont ceux qui travaillent pour l’intérêt de Nioro et ses fils ». Pour montrer son hostilité à son « hôte spécial », la population nioroise, exaspérée et au bord des nerfs, a ainsi quitté la salle du Cedps après avoir rangé micros et chaises. La rencontre de se terminer alors sans qu’une idée majeure ne soit retenue.

Pion de Farba, Malick Gueye essaie d’avoir Pape Diatta Tambédou

Comme la politique peut être sale. La matérialisation de cette facette hideuse de ce que les théoriciens appellent l’art de gérer la cité a été fournie hier dans le Rip. Pour preuve, El Hadji Malick Guèye est descendu très bas en cherchant, en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes, à troquer la résistance de Pape Diatta Tambédou contre une certaine docilité. C’était méconnaître la détermination du jeune politicien qui ne voulait même pas voir Farba Senghor en photo. Dans les coulisses, le marabout-politicien a, sans hésiter, proposé deux millions de francs à Pape Diatta Tambédou pour qu’il fasse poursuivre la réunion. « Farba m’a donné deux millions de francs Cfa à te remettre, à condition que vous arrêtiez de perturber la rencontre. Je vous remettrai l’argent en liquide dès que la séance sera levée ». Niet catégorique de Tambédou qui, au passage, lui fait savoir qu’il n’avait pas faim.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article