PLUS DE 100 MILLIONS DE L’ANOCI DETOURNES

Publié le par guissguiss

La Division des investigations criminelles (Dic), démembrement de la Police judiciaire sénégalaise enquête sur des détournements massifs qui ont eu lieu lors du dernier sommet de l’Organisation de la conférence islamique (Oci) qui s’est tenu à Dakar les 13 et 14 mars 2008. Un scandale qui porte sur plus de 100 millions de francs Cfa et qui a été géré dans la plus grande discrétion par la hiérarchie policière. Parmi les personnes impliquées dans cette affaire, il y a deux gros bonnets de la Sûreté nationale, précisément un commissaire divisionnaire de la Police nationale et un colonel du même corps.

L’ancien Directeur du Matériel et du Budget du ministère de l’Intérieur Ibrahima Diallo ne pensait sans doute pas que le sort allait le rattraper de la sorte, six mois après avoir quitté ce bien juteux poste qu’il a cédé au Commissaire de Police Divisionnaire de classe exceptionnelle, Haby Diallo. En effet, le voilà cité dans une affaire de détournement portant sur plus de 100 millions de francs Cfa. Le scandale dont il question est bien connu de la Haute hiérarchie policière qui a verrouillé l’information. Depuis le début du mois de novembre, une enquête a été confiée à la Division des investigations criminelles (Dic) qui porte sur ce détournement commis sur le Budget de la Sécurité du dernier Sommet de l’Oci évalué à 2 milliards de francs Cfa. Une enveloppe bien « lourde » dégagée pour assurer la sécurité des centaines d’hôtes du Sénégal durant le sommet, dans un contexte où le spectre des menaces d’attentats terroristes planait sur Dakar.

En vérité, c’est un rapport établi sur cette affaire qui a fait déclencher la procédure. Ce dossier qui s’est retrouvé sur la table du  ministre de l’Intérieur est si accablant que Cheikh Tidiane Sy n’a eu d’autre choix que de donner suite à cette affaire. Nonobstant le fait que l’audit des fonds destinés à la Sécurité du Sommet de l’Oci a révélé un trou énorme dans la comptabilité, les grincements de dents de hauts gradés de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police, a aggravé la situation. Beaucoup de gros bérets des forces de l’Ordre, commis à la  Sécurité n’ont pas effectivement reçu leurs indemnités. Déjà, au beau milieu du Sommet, des hommes de tenue détachés pour assurer la sécurité des hôtes du Sénégal avaient commencé à se faire entendre. Des plaintes qui venaient surtout des moins gradés de la Police qui ne comprenaient pas le retard dans le payement des indemnités alors que le budget était déjà en place. On évoque aussi dans cette affaire des bons d’engagements souscrits dans les limites de l’irrégularité.

 

Deux hauts gradés plusieurs fois entendus

Sur le modus operandi et le spectre réel des responsabilités, les langues ne se délient pas du fait de la sensibilité du dossier. Une chose est en tout cas sûre, selon des sources proches du dossier, c’est le directeur de la Police judiciaire, M.Thiandoum qui pilote en personne l’enquête. Et c’est lui qui a fait défiler à plusieurs reprises ses deux collègues, le divisionnaire Ibrahima Diallo et le colonel Abdoulaye Ndiaye, adjoint du premier cité au moment des faits. « Rien que la semaine dernière, l’ex-Dmb a été entendu », assure, avare en paroles, l’une des rares sources qui maîtrisent cette affaire.

La question majeure que se posent des sources proches de cette affaire, c’est celle de la suite qui sera donnée à l’enquête policière. En effet, il semble bien que les autorités ne soient pas dans les dispositions de déclencher des poursuites pénales contre les auteurs présumés des faits allégués. « Une conciliation est possible si les auteurs acceptent de rembourser », estime une source. Qui avance que les personnes épinglées ne sont sans doute pas à une dizaine de millions près. Pour l’heure, le divisionnaire Ibrahima Diallo, nommé depuis le 30 octobre dernier ambassadeur du Sénégal à Madrid, en remplacement de Alassane Cissé  reste cloué sur la terre ferme dakaroise. En attendant bien sûr les conclusions finales de l’enquête.  Une affaire à suivre…

Publié dans Economie

Commenter cet article