Italie : Vers un permis de séjour à points ?

Publié le par guissguiss

Le Point - C’était la mesure phare du plan de renforcement de la sécurité voulu par Roberto Maroni, le ministre de l’Intérieur de Silvio Berlusconi : tous les immigrés clandestins surpris sur le sol italien après avoir reçu un avis d’expulsion seraient passibles d’une peine pouvant atteindre quatre ans de prison. Quant aux Roms, ils pourraient être reconduits à la frontière, alors que la plupart d’entre eux viennent de Roumanie, pays membre de l’Union européenne. La Commission ayant menacé d’ouvrir une procédure d’infraction, le numéro deux de la Ligue du Nord a été contraint de faire machine arrière.

Mais ce n’est qu’une bataille perdue dans la guerre que la Ligue a déclarée à l’immigration. Le parti d’Umberto Bossi vient en effet de proposer l’établissement d’un permis de séjour à points, sur le modèle du permis de conduire : les immigrés en situation régulière bénéficieraient d’un capital de 10 points. A chaque condamnation ou amende administrative, ils perdraient 1, 2 ou 3 points. Une fois leur capital épuisé, ils seraient expulsés. Enfin, les enfants d’immigrés ne parlant pas suffisamment bien l’italien devraient être scolarisés dans des classes spéciales. L’ « antichambre de l’apartheid », selon l’opposition.

Ce débat intervient alors que les actes de racisme, jusqu’alors rares dans la péninsule, se sont multipliés. Au point que Gianfranco Fini, le président de l’Assemblée nationale, jadis militant néofasciste, qui peut difficilement être taxé de gauchisme, a annoncé la création d’un observatoire sur le racisme.

Publié dans Immigration

Commenter cet article