LIMOGEAGE DE LAMINE NDIAYE: Le CNF Revient sur sa décision

Publié le par guissguiss

LIMOGEAGE DE LAMINE NDIAYE: Le CNF Revient sur sa décision et déclare n'avoir jamais limogé le Coach

De quoi est ce que le comité de normalisation du football a peur ? Après avoir déclaré publiquement orbi et urbi que "Lamine Ndiaye et son staff étaient limogés suite à l'élimination des Lions par la Gambie samedi dernier", cette structure s'est fendue hier d'un communiqué pour "soutenir n'avoir jamais dit cela face à toute la presse ce lundi". Sinon "qu'elle mettait fin à sa collaboration avec le sélectionneur national, en attendant de voir ce que la ministère des Sports réservait à cette décision".

Quarante-huit heures après avoir limogé Lamine Ndiaye, le comité de normalisation recule. Hier, ladite structure s'est fendue d'un communiqué n°23 daté du 15 octobre 2008 et signé par la président de la commission communication de la dite structure pour, estime-t-elle, "préciser". Une précision qui, au-delà de clarifier ou d'éclairer les lanternes, sème plutôt le doute dans l'esprit des uns et des autres. Parce que simplement, le Cnf nie aujourd'hui avoir pris sur lui-même de limoger Lamine Ndiaye. Et qu'en lieu et place, Baïdy Agne, le porte-parole du jour du Cnf ce lundi-là avait plutôt parler de "mettre fin à sa collaboration avec M. Lamine Ndiaye et que le ministère des Sports avec qui il avait signé un contrat, après en avoir été informé allait être saisi par courrier dès le lendemain.
A charge pour le ministère de voir comment rompre ce contrat dans les règles juridiques en vigueur dans ce pays". Arguant du fait que c'est l'État qui est l'employeur de Lamine Ndiaye et qui a mis ce dernier à la disposition du Cnf comme sélectionneur national. Mais le Cnf n'a-t-il pas mis les charrues avant les boeufs ? En effet, lors de cette rencontre avec la presse nationale et internationale au sortir d'une réunion tenues quelque cinq tours d'horloge plutôt, le comité de normalisation a bel et bien "limogé" de son propre chef Lamine Ndiaye. Mais sans se rendre compte sur le fait qu'il fallait auparavant requérir l'avis du ministère des Sports. Et c'est seulement bien après qu'ils se sont rendu compte que "ce jeu pouvait être fatal" à l'État du Sénégal. Et comme pour confirmer cet acte, ils ont été nombreux ces membres du Cnf qui, le jour même ou le lendemain ou surlendemain, ont clairement soutenu que "parmi les clauses principales signées dans ce contrat, la qualification au moins à la Can 2008.

Ce qu'il n'a pas réussi à faire, ce qui de facto rompait le contrat avec le sélectionneur". Ce qui reste clair. Dès lors, après moultes tergiversations entre le ministère des Sports et le Cnf aussi bien sur les questions des primes que sur ce limogeage en question où ils ont eu du mal à s'entendre, le Cnf qui ne sait plus comment normaliser " patauge".

Publié dans Sports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article