Du perron de l’Elysée, Wade dit tout

Publié le par Ferlo

Goana, inondations de Dakar et banlieue, saccage des journaux, Farba Senghor, coup d’Etat en Mauritanie : Du perron de l’Elysée, Wade dit tout

 « Le Président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, et le Président de l’Assemblée nationale seront tous les deux, hôtes de la France où ils seront reçus séparément à l’Elysée et au Palais du Luxembourg, demain (Ndlr : aujourd’hui) », écrivions-nous, hier. C’est déjà fait. En vérité, le président Wade a eu un entretien qui a duré 1h30 avec son homologue français. Leur audience a eu lieu de 16h30 à 17h30 (heure française). Le Chef de l’Etat sénégalais en est sorti « très satisfait », nous renseigne une source bien informée.

Selon notre interlocuteur installé au perron de l’Elysée : « L’audience entre les présidents Wade et Sarkozy a tourné autour de questions bilatérales. Et le chef de l’Etat sénégalais s’est félicité de l’engagement de la France à soutenir la Goana en fournissant au Sénégal du petit matériel agricole. Ensuite, le président Wade s’est également félicité du soutien des forces françaises du Cap-Vert qui ont beaucoup aidé à la lutte contre les inondations à Dakar. Il a par ailleurs souhaité que la France apporte une aide substantielle en motopompes pour faire de ce combat contre l’inondation, un succès ». Toujours selon nos sources bien informées : « Le président Wade est longtemps revenu sur le conflit presse/pouvoir au Sénégal. Et c’est pour dire : « Je ne peux pas être contre la presse, car elle a participé pour de beaucoup à ma victoire et à mon élection à la tête du Sénégal, en donnant les résultats à temps grâce aux Ntic (la magie des téléphones portables). D’ailleurs, je suis actuellement en train de construire la maison de la presse. Et il n’y a pas de loi anti-presse au Sénégal où la création d’un journal se fait librement. Par contre, cette liberté dans la création des journaux favorise l’existence d’une certaine presse dont la mission de tous les jours est caractérisée par les dérives. C’est avec cette dernière que le pouvoir a quelques problèmes » ». Le numéro 1 du Sénégal s’est également prononcé sur l’affaire du saccage des journaux « L’As et 24 heures chrono ». A l’en croire : « Dans cette affaire, la justice a fait correctement son travail. Je l’en félicite ». Quid de l’affaire Farba Senghor ? « Quand il (Farba) a été cité dans cette affaire, comme on le fait dans les grandes démocraties, je l’ai déchargé de ses fonctions ministérielles pour lui permettre de se défendre. Et je persiste et signe que je laisserai la justice faire son travail jusqu’au bout », martèle le président Wade. Interpellé sur son silence relativement au coup d’Etat militaire en Mauritanie, Me Wade a déclaré : « Vous savez que je suis naturellement contre les coups d’Etat, mais compte tenu des promesses faites par le nouvel homme fort de Nouakchott à remettre ce pays frère dans la légalité constitutionnelle, sous peu, je ne peux que prendre acte ».

Publié dans Monde

Commenter cet article