Le Procureur requiert 5 ans contre les nervis

Publié le par source le populaire

PROCES DANS LA MISE A SAC DE L’AS ET 24 CHRONO : Le Procureur requiert 5 ans contre les nervis

 Le procureur Amadou Ndiaye a requis hier, 5 ans contre les prévenus dans l’affaire de la mise à sac des locaux des journaux « L’As » et « 24 h Chrono ». Démarré hier, lundi 8 septembre à 10 heures du matin, le procès des nervis présumés coupables de la mise à sac des locaux des journaux l’As et 24 heures Chrono se poursuivait encore hier à 19 heures passées. Il a connu deux suspensions, l’une à 17 heures 30 et l’autre pour la rupture du jeun sur les coups de 19 heures 30. En ce moment là, les avocats de la partie civile avaient fini leurs plaidoiries. L’avocat général devait leur emboîter le pas pour ses réquisitoires, tandis que l’assistance prenait son mal en patience s’attendait à « subir » la défense. Interrogés à la barre, les prévenus en majorité ont enfoncé l’ex-ministre des Transports aériens qu’ils accusent d’être leur commanditaire.
Certainement, la Cour des « Flags » d’hier, lundi 8 septembre du tribunal régional hors classe de Dakar mettra en délibérer à la fin des plaidoiries. A 20 heures, le procureur n’avait en effet pas fini de faire ses réquisitoires, tandis que la défense attendait patiemment de battre en brèche les arguments de la partie civile et les accusations de la société. Les prévenus Babacar Sarr dit Gonz, Pape Macoudou Guèye alias Weuz, Pape Dethié Fall, Abdoulaye Sow, Madické Touré, Gora Diène, Mor Diop, Mamadou Moustapha Diop, Alfousseynou Diaby, Madické Touré, Adama Dème et Mor Dème, tous à la barre hier, répondaient eux, du délit d’association de malfaiteurs.

Ils sont aussi poursuivis pour vol commis avec violence, rassemblement illicite causant des dommages aux personnes et aux biens, actions diverses, coups et blessures volontaires, dommages à la propriété mobilière d’autrui. Plusieurs avocats parmi lesquels, Mes Doudou Ndoye et Moustapha Diop se sont constitués pour défendre les 12 nervis accusés d’avoir saccagé les locaux de nos confrères de l’As et de 24 Heures Chrono dans la soirée du 17 août denier. Débuté le matin après le rejet par le président de l’exception d’incompétence soulevée par les avocats de la partie civile, le procès s’est poursuivi jusque tard dans la nuit. Les conseils de la partie civile ont estimé que l’affaire relevait plus de la cour d’assises sur la base des chefs d’inculpation ’’association de malfaiteurs et vol avec violence’’. Le président du tribunal a jugé ’’mal fondée’’ cette exception.

Farba indexé

Ce n’est sans doute pas à ce scénario que s’attendait l’ancien ministre des Transports aériens et chargé de la Propagande du Parti démocratique sénégalais (Pds). Les prévenus l’ont enfoncé avec une précision dans la relation des faits qui laisse pantois.

Le témoignage le plus troublant a été fait par Adama Dème qui a expliqué à la barre que c’est le ministre Farba Senghor en personne qui l’a appelé pour lui dire qu’il avait besoin de ses hommes. C’est à la suite de cela qu’il en a parlé à Mamadou Moustapha Dème, sorte de lieutenant d’Adama Dème qui a pu rassembler la bande qui a opéré dans la nuit du dimanche 17 août 2008 à Sacré-coeur 3 Pyrotechnique. Adama Dème dira qu’il connaît tous les membres de la bande, y compris Babacar Sarr, Pape Déthié Fall, tous les deux, gardes-du-corps du ministre Farba Senghor et Abdoulaye Sow, chauffeur de Farba Senghor.

Mais ces trois personnes, plus proches de l’ancien ministre que ne le sont les autres, nieront avoir pris part au saccage des sièges de L’As et de 24 heures Chrono. Qui dira avoir passé la nuit au centre de santé Nabil Choucair au sommet de sa fille malade (Babacar Sarr). Qui, n’avoir pas bougé de chez lui, à cause des fortes pluies qui se sont déversées la même jour à Dakar ( Papa Déthié Fall). De même que le chauffeur qui soutient ne s’être pas rendu sur le lieu des faits.

Cependant, les confrontations laissent béates des failles dans les propos des prévenus. Des failles qui ne vont pas manquer d’éclairer la cour. Car au moment où les gardes du corps et le chauffeur de Farba nie même connaître les autres membres de la bande de nervis, ces derniers soutiennent mordicus avoir servi Farba Senghor depuis la dernière élection présidentielle.

Mieux, il est apparu à la barre que l’argent ayant financé la casse- la somme de 250.000 francs Cfa - a été remis à Adama Dème par un autre garde-du-corps de Farba Senghor qui se trouve être Cheikh Sèye. Lieu de la remise de l’argent : le Building administratif, à raison de 15.000 francs Cfa par nervis, « en attendant le retour du ministre » qui était en Turquie leur aurait promis Cheikh Sèye.

Il se trouve que ce garde du corps de Farba Senghor a pris la fuite avec un certain Baldé, alors que selon certaines indiscrétions, ce serait en bonne intelligence avec son boss qu’il s’est taillé en Espagne. Lui, l’élément clef de l’affaire qui avait promis aux nervis, l’impunité.

Bachir Fofana,

Publié dans Société

Commenter cet article