Après les révélations de Babacar Justin Ndiaye: Le Ps, l'Afp et la société civile menacent de porter plainte

Publié le par walf Fadjri

La déclaration de Babacar Justin Ndiaye ne laisse pas indifférentes les structures qui prennent part aux assises nationales. Au Ps, à l’Afp comme au niveau de la société civile, le constat est unanime. Les propos du politologue doivent être portés à l’attention du procureur de la République. Ils n’excluent pas, en effet, de porter plainte contre l’analyste politique.

Les tenants des assises croient que le politologue Babacar Justin Ndiaye en fait trop en déclarant que ces dernières seraient financées par un ‘pays non-africain qui ne serait pas tellement ami du Sénégal’. Tout comme Hélène Tine de l’Afp et Abdoulaye Wilane du Ps, Penda Mbow de la société civile ne comprend pas ce politologue qu’elle et ses camarades ‘respectent beaucoup’. ‘Je suis un peu déçue de cet homme pour qui j’ai beaucoup d’estime’, dit-elle. Passé la déception, les tenants des assises n’excluent pas l’éventualité de porter plainte contre Babacar Justin Ndiaye. ‘Il faut que ces calomnies cessent’, martèle Penda Mbow. A l’instar de Abdoulaye Wilane, elle croit que c’est une campagne de déstabilisation qui est menée contre les assises, mais ‘c’est peine perdue’. Le socialiste range dans la même catégorie Babacar Gaye du Pds et Malick Ndiaye. Ce dernier avait affirmé que les assises étaient financées par Vincent Bolloré. Abdoulaye Wilane les appelle les ‘mercenaires de la propagande’ qui s’amusent avec des déclarations non fondées pouvant mettre le pays sens dessus dessous. Il croit que ces ‘énormités’ ont pour principal objectif de détourner l’attention sur les assises. De son point de vue, Justin fait dans ‘l’auto amusement intellectuel’ et ‘aime s’entendre parler’. Toutefois, le jeune socialiste estime que son parti ‘ne se sent pas visé. Mais, comme tous les Sénégalais, il est intéressé par ces déclarations’. Puis de lancer : ‘nous avons été aux responsabilités, nous savons ce que c’est le sens et la signification du mot patriotisme’.

Pour Hélène Tine de l’Afp, Babacar Justin Ndiaye ‘doit aller jusqu’au bout et dire quel est ce pays’ qui serait l’argentier et l’instigateur des assises nationales. Elle estime que le politologue doit être entendu par le Procureur de la République afin d’apporter des précisions sur ces allégations. A en croire Abdoulaye Wilane, le Procureur n’a pas besoin d’être saisi pour entendre Babacar Justin Ndiaye et voir ‘s’il est établi qu’il jouit de toutes ses facultés mentales’. Parce que, reconnaît-il, au Sénégal, il semble y avoir ‘un déficit de responsabilité’.

Par ailleurs, les tenants des assises disent prendre acte de la démission de Babacar Ndiaye mais estiment que celle-ci ne remet pas en cause la pertinence de leur initiative. De l’avis de Penda Mbow, ‘il y a un travail de déstabilisation qui est engagé de telle sorte que si on n’est pas engagé, on se retire’. Elle déclare que les assises nationales, c’est un processus qui est enclenché et que rien ni personne ne peut arrêter. ‘Les raisons avancées par Babacar Ndiaye ne me convainquent pas’, estime-t-elle.

Aly DIOUF

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article