Signature de contrats in petto entre Hadjibou Soumare et Ahmed Bin Sulayem : Gorée «vendue» à Dubai World

Publié le par Le quotidien

INVESTISSEMENT - Un accord dont les autorités ne parlent pas : Dubaï World va investir à Gorée, Djoudj et Bandia

En marge de l’accord pour le démarrage des activités de la Zone économique intégrée de Diass, le Premier ministre Cheikh Hadjibou Soumaré avait passé un accord avec le sultan Ahmed Bin Sulayem, en présence de Karim Wade, le président de l’Anoci. Il porte sur la construction d’un hôtel cinq étoiles à Gorée, et de l’exploitation d’un parc d’oiseaux et d’une réserve animalière. Si les Emiratis ne font nul mystère de cet accord, on n’en entend pas parler par les pouvoirs publics, toujours prompts à se vanter des investissements qui se créent dans ce pays. Qu’est-ce qui explique cette subite discrétion ?

Sur quoi exactement portent les transactions liant le Sénégal au conglomérat émitrati Dubaï World ? Tout le monde a entendu parler de la Zone économique intégrée de Diass (acronyme anglais Disez), dont l’accord d’exploitation a été signé à la mi-avril, ainsi que la finalisation de l’exploitation du terminal à conteneurs, sans oublier le fameux Port du Futur. Il faut aller sur le site de la structure-mère de Dubai Port World (Dpw) et de Jebel Ali free Zone Authority (Jafza) pour apprendre que, lors de la signature de l’accord de mise en œuvre de la Disez, le président de DW,  M. Ahmed Bin Sulayem, en a profité pour signer avec le Premier ministre Cheikh Hadjibou Soumaré, un protocole d’accord pour la construction et l’exploitation d’un hôtel cinq étoiles sur l’île de Gorée. Par ailleurs, la multinationale émiratie va exploiter un parc et une réserve d’oiseaux au nord de Dakar, ainsi qu’une réserve animalière pas trop loin de la capitale sénégalaise.

Le communiqué de presse de Dw indique que ce protocole d’accord entre MM. Soumaré et Bin Sulayem a été signé en présence de M. Karim Wade, le président du Conseil de surveillance de l’Agence nationale de l’Organisation de la conférence islamique (Anoci). Cela rend d’autant plus curieux le silence dont les autorités sénégalaises ont entouré ces protocoles d’accord, qui ont pourtant été postés sur le site de Dw depuis le 15 avril (voir le lien : http://www.dubaiworld.ae/en/Media%20Center/News/Archive/April_2008/news_detail-os-sinigal-hotel-15-4-2008.html). D’ailleurs, le directeur de l’Apix, Mme Aminata Niane, par ailleurs présidente du Conseil d’administration de la Disez, si prompte à se vanter de tous les investissements qui entrent au pays, n’en a jamais dit un mot. Or, elle aurait eu toutes les raisons de comptabiliser cela dans son actif.

Toute cette discrétion, fort inhabituelle de la part des autorités de ce pays, pousse à se demander ce qui les gênerait tant dans cette transaction. Car, il faut se rappeler que l’Ile de Gorée a été déclarée depuis longtemps, patrimoine historique et culturel classé, de niveau mondial, par l’Organisation des Nations-Unies pour l’Education et la Culture (Unesco). Nul n’a théoriquement le droit d’y modifier une bâtisse, si ce n’est pour la réfectionner, et on ne peut y construire un ouvrage moderne sans prendre le soin de veiller que cela ne remettra pas en cause le caractère historique des lieux. De plus, les dimensions de l’île sont si exiguës que l’on se demande où l’on va tirer l’espace nécessaire à la construction d’un hôtel de classe internationale. A moins d’exproprier et d’expulser plusieurs résidents.

Les mêmes questions se posent en ce qui concerne les autres parties du protocole d’accord. La seule réserve d’oiseaux connue au nord de la capitale, est le Parc national des oiseaux de Djoudj, non loin au nord de la ville de Saint-Louis. Ici, également, le site est un patrimoine mondial, une réserve classée. C’est dans le parc national de Djoudj que les oiseaux migrateurs viennent se reproduire ou se réfugier, dans leur route pour fuir les rigueurs de l’hiver dans l’hémisphère nord, ou faire escale, lorsqu’ils remontent vers le nord. Jusqu’à présent, aucune exploitation commerciale à grande échelle n’en avait été faite, bien que le lieu soit ouvert aux touristes, et qu’une auberge soit même installée en son sein. Il est certain que l’arrivée d’un poids lourd des affaires comme la multinationale Dubai World, changerait de façon radicale les choses.

De l’autre côté, une réserve animalière est déjà exploitée à quelques kilomètres de Dakar, à Bandia, à une dizaine de kilomètres de Mbour, sur la RN1. Comme on imagine mal que deux sites de ce type soient suffisamment rentables à une si courte distance l’un de l’autre, on est amené à penser que les partenaires de M. Karim Wade qui, après Dakar, a accompagné ses amis au Bénin, ainsi que le montre une photo postée sur le même site, à l’issue de l’audience que leur a accordée le Président Yayi Boni du Bénin, deux jours plus tard, voudraient sans doute faire main basse sur le site animalier de Bandia.

Et si cela venait à se faire, la multinationale dirigée par le dirigeant émirati aura fini de s’offrir un joli morceau du Sénégal. Elle aura ainsi pris le contrôle du Port de Dakar, et de son extension à travers le Port du futur, elle va de même contrôler la majorité des investissements à venir dans le pays, à travers la Disez, et cerise sur le gâteau, elle va se poser en concurrente des opérateurs du secteur du tourisme, en investissant dans l’hôtellerie et les sites les plus prisés.

 

 

Mohamed GUEYE

Publié dans Economie

Commenter cet article