JUSTICE - GREVE : Risque de paralysie du système judiciaire dans les prochains jours

Publié le par Nettali

NETTALI - Les travailleurs de la justice étaient encore en conclave. Ils se sont réunis en assemblée générale ce week-end à Kaolack. Ils fustigent l’attitude des autorités qui viennent de boucler une formation en greffe pour des gendarmes pour parer à toute éventualité. Ils comptent aller en grève dans les prochains jours.

Les membres du syndicat national des travailleurs de la justice (Sytjust) sont très remontés contre les autorités, notamment leur ministère de tutelle, Me Madické Niang (voire photo) qu’ils accusent de faire du dilatoire depuis son installation à la tête du département de la justice.

Selon le secrétaire général national du Sytjust, Me Ousmane Diagne, leurs revendications restent les mêmes et l’Etat n’y a apporté aucune satisfaction. « Nous exigeons la généralisation de la prime de judicature et les indemnités de logement à tout le personnel de la justice », dit-il.

Les membres du Sytjust exigent également que l’Etat revoie le statut des greffiers et secrétaires de greffe. Au lieu de s’atteler à cela, l’Etat vient de boucler une formation de travail de greffe au profit de gendarmes, accusent-ils. « Nous ne partagerons jamais les juridictions avec les gendarmes dont la mission est d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Ils ne peuvent pas et ne doivent pas faire le travail qui nous est dévolu », a averti M. Diagne.

Lui et ses collègue voient cette formation comme une manœuvre des autorités pour parer à toutes les éventualités ; autrement dit amener en suppléance ces gendarmes en cas de grève.

Pour amener les Etat à prendre en charge leurs revendications, le Sytjust compte dérouler son plan d’action avec une grève générale dans les prochains jours.

Publié dans Société

Commenter cet article